Contrat saisonnier : 9 avantages pour l’employeur et l’employé

L’INSEE indique que durant la période estivale, le nombre de postes augmente considérablement en France. Ainsi, les emplois saisonniers représentent près de 11 % des postes du privé, et 1,4 % des postes du secteur public. Si les emplois saisonniers permettent aux régions touristiques de vivre et de faire face à l’afflux de touristes, ce type de contrat s’avère avantageux à bien d’autres égards. Explications.

La rédaction du Parisien n’a pas participé à la réalisation de cet article.

L’INSEE indique que durant la période estivale, le nombre de postes augmente considérablement en France. Ainsi, les emplois saisonniers représentent près de 11 % des postes du privé, et 1,4 % des postes du secteur public. Si les emplois saisonniers permettent aux régions touristiques de vivre et de faire face à l’afflux de touristes, ce type de contrat s’avère avantageux à bien d’autres égards. Explications.

Qu’est-ce qu’un contrat saisonnier ?

Pôle Emploi définit le travail saisonnier comme : « des missions amenées à se répéter chaque année à la même période. »

Généralement, il s’agit d’un CCD ou contrat à durée déterminée puisque le travail proposé est dépendant d’une saison. Le secteur du tourisme est particulièrement touché par les emplois saisonniers pour faire face à l’afflux de touristes durant l’été en bord de mer, ou l’hiver dans les stations de ski, par exemple.

En revanche, un CDD saisonnier peut ne pas comporter de date de fin de contrat, mais doit informer d’une durée minimale :

  • Durée minimale : 1 mois
  • Durée maximale : 9 mois

Le CDD saisonnier ouvre les droits à la prime compensatoire des congés payés à hauteur de 10 % du salaire brut total.

Quels sont les avantages d’un contrat saisonnier pour l’employé ?

Gagner en expérience et en polyvalence

Le travail saisonnier est un excellent moyen de toucher à tous les secteurs d’activité et donc de gagner en compétences. Les compétences techniques sont autant sollicitées que les compétences humaines et comportementales.

Grâce au travail saisonnier, les employés gagnent en adaptabilité. Ils s’enrichissent aussi d’un savoir-faire, qu’ils peuvent exploiter plus tard, dans d’autres domaines, ou personnellement.

D’une saison à l’autre, ils peuvent découvrir de nouveaux métiers, de nouveaux secteurs et donc gagner en polyvalence ! Cette ouverture d’esprit et cette capacité à ne pas se mettre de limite en matière d’activité, est un plus.

Trouver un travail durant ses études ou son chômage

Les emplois saisonniers sont particulièrement prisés par les étudiants ! En effet, ils ont alors la possibilité de travailler durant l’été, lorsqu’ils n’ont pas cours. Cette solution est idéale quand ils ne peuvent pas forcément cumuler leurs études avec un job étudiant tout au long de l’année.

Aussi, certains profitent de cette occasion pour partir au soleil l’été tout en travaillant ! Ils ont le sentiment de partir en vacances et financent leurs activités sur leurs jours OFF grâce à leur travail saisonnier. Certains emplois saisonniers prévoient le logement, le blanchissement, et les repas.

Lorsqu’ils vivent dans de très petits appartements, c’est souvent l’occasion de prendre un bon bol d’air pendant plusieurs semaines, de couper avec leur quotidien, ou de travailler proche de leur famille lorsqu’ils ne vivent pas dans le même secteur géographique.

Enfin, le travail saisonnier permet aux demandeurs d’emploi qui peinent à trouver du travail de pouvoir gagner en expérience, d’avoir une rentrée d’argent, même sur une courte durée, et cotiser pour leurs indemnités chômage (ils maintiennent leurs droits plus longtemps).

S’assurer un emploi d’une saison à l’autre

Enfin, il faut savoir que d’une saison à l’autre, certains employés peuvent être rappelés pour reprendre leur poste. Il s’agit de la clause de reconduction ! Cette solution est intéressante pour les étudiants, qui n’ont pas alors le poids des recherches à effectuer chaque fin d’année scolaire ! Ils retrouvent un cadre qu’ils connaissent bien, un environnement familier, des collègues avec qui ils ont créé des liens. Ils peuvent même évoluer, gagner en expertise, devenir manager quelques semaines.

Cette reconduction leur donne un cap à suivre, un objectif à atteindre, un repère.

Profiter d’un cadre de travail inspirant

Partir travailler tout l’été au bord de l’eau et pouvoir passer ses pauses à la plage ou au grand air plutôt que dans un appartement sans extérieur… voilà un avantage qui a le mérite de faire du bien au moral !

Même si le rythme peut être très intense, voire épuisant en période de forte affluence, le travail saisonnier a cet avantage.

Les employés choisissent les destinations qui leur plaisent le plus, l’ambiance y est joviale, conviviale, estivale ! Bien qu’ils travaillent, ils profitent de leur temps libre comme ils le souhaitent, découvrent les environs, partent en expédition, etc.

Quels sont les avantages d’un contrat saisonnier pour l’employeur ?

Palier l’absence des collaborateurs

Les emplois saisonniers sont intéressants lorsqu’il faut pallier l’absence des collaborateurs.

En effet, chaque salarié a besoin de prendre des vacances. L’été, une entreprise peut avoir besoin de renfort dans les équipes pour permettre à tout le monde de prendre du repos, surtout quand personne ne peut prendre le relai sur les missions concernées.

Alors, faire appel à des contrats saisonniers est la garantie de maintenir l’activité à flot, tout en laissant les collaborateurs souffler, partir en vacances sereinement.

En reconduisant les contrats d’une année à l’autre, l’employeur gagne en temps, en énergie car il n’a pas besoin de former les CDD saisonniers, il maintient un équilibre et booste la cohésion d’équipe.

Faire face à la saisonnalité de l’activité

Le recours aux emplois saisonniers est aussi indispensable lorsque l’activité est en hausse ! En période de Noël ou l’été, il n’est pas rare de consolider les équipes en faisant appel à des travailleurs saisonniers pour faire face à l’accélération de l’activité, à la hausse des visites, des commandes…

Sur quelques semaines, l’employeur répond à la demande et au besoin des clients, des visiteurs. Il assure à son activité de tenir le cap, tout en évitant d’épuiser les collaborateurs en CDI.

S’adapter en fonction de l’activité et de ses aléas

L’avantage du contrat saisonnier réside dans la flexibilité qu’il offre à l’employeur. Comme évoqué plus haut, ce dernier doit stipuler une durée minimale d’un mois.

Certaines activités sont dépendantes de facteurs incontrôlables : le temps, les catastrophes naturelles, les pandémies, les grèves, l’évolution des tendances, la crise écologique ou économique…

Du jour au lendemain, tout un business peut souffrir des conséquences de la météo, par exemple. Dans les zones touristiques, le mauvais temps ne profite pas à tout le monde. Alors, un restaurateur qui dispose uniquement de couverts en extérieur peut voir l’affluence diminuer fortement. Dès lors, si les prévisions météorologiques ne sont pas bonnes, il peut choisir de mettre un terme à certains contrats saisonnier, faute de travail à leur fournir ! Il n’aura pas de prime de précarité à payer ou d’indemnités particulières à régler tant qu’il respecte la durée minimale de travail annoncée.

Avoir une main d’œuvre adaptée au besoin immédiat

En fonction de l’évolution d’un business, un besoin précis durant un été, peut ne pas être le même l’année d’après.

Alors, ce contrat flexible est avantageux pour l’employeur qui peut avoir besoin d’une main d’œuvre différente en fonction de son activité et du besoin d’une année à l’autre.

Cela va de pair avec l’évolution annuelle de l’entreprise, sa capacité à renforcer son équipe grâce à des CDI, et combler les manques l’été avec des CDD saisonniers. Il peut aussi être question d’une nouvelle branche créée pour l’activité, qui demande donc l’intervention d’un professionnel qualifié sur une courte période, pour un test, ou parce que l’embauche d’un temps plein en CDI n’est pas encore possible.

Ne pas devoir de prime de précarité

C’est un avantage financier pour le CDD saisonnier. L’employeur n’a pas à payer d’indemnité de précarité à la fin du contrat.

En effet, pour un CDD classique, l’employeur est dans l’obligation de reverser au salarié, à la fin de son contrat, une indemnité de précarité de minimum 10 % de la rémunération brute totale versée durant le contrat. Cela est indispensable quand le CDD n’aboutit pas à un CDI ou qu’un second CDD est proposé. Chaque CDD donne le droit à cette indemnité, même s’ils se suivent.

Alors, il s’agit d’une économie pour l’employeur dans le cas d’un contrat saisonnier. Il n’a pas à prévoir cette ligne dans son budget.

Le travail saisonnier semble offrir quelques avantages à la fois au travailleur et à l’employeur ! Si les avantages sont avant tout financiers pour l’employeur, ils permettent au travailleur de consolider ses compétences, de gagner en expérience ou de trouver un travail facilement et rapidement en fonction de son rythme de vie le reste de l’année.

(Crédit photo : iStock – Heshphoto)

Article publié par
Alcyone Guillevic

Nous vous recommandons également

Catégories

Comprendre les nouvelles lois et leurs impacts sur le quotidien 

La politique de l’Etat et les lois qui sont...
Publié le
Catégories

Révolution des pompes à chaleur à domicile : vers une France plus verte ?

L'engagement de la France dans la transition...
Publié le
Catégories

Passion artistique : 5 conseils pour enfin trouver le temps et l’espace pour vous y consacrer

Poursuivre sa passion artistique et la...
Publié le
Catégories

Propriétaire non occupant : quelle assurance habitation choisir ?

Vous êtes propriétaire d'un bien immobilier que...
Publié le
logo Le Parisien