Les 5 erreurs à éviter lors de la souscription de votre assurance de prêt

Lorsque l’on se lance dans la souscription d’un prêt immobilier, l’assurance de prêt s’impose comme indispensable. Malheureusement, les familles négligent trop fréquemment cette dernière en se concentrant uniquement sur le prêt immobilier en lui-même. En conséquence, les emprunteurs disposent généralement d’une assurance de prêt qui ne leur conviennent pas : soit elle coûte trop cher, soit elle ne répond pas à leurs besoins.

La rédaction du Parisien n’a pas participé à la réalisation de cet article.

Lorsque l’on se lance dans la souscription d’un prêt immobilier, l’assurance de prêt s’impose comme indispensable. Malheureusement, les familles négligent trop fréquemment cette dernière en se concentrant uniquement sur le prêt immobilier en lui-même. En conséquence, les emprunteurs disposent généralement d’une assurance de prêt qui ne leur conviennent pas : soit elle coûte trop cher, soit elle ne répond pas à leurs besoins.

Ne pas comparer pour votre assurance de prêt

La première grande erreur est certainement celle qui est la plus courante… En effet, de manière générale, lorsque l’on souscrit un crédit immobilier, on réfléchit peu à cette assurance. Résultats : l’emprunteur souscrit son assurance prêt immobilier dans la même banque que celle de l’emprunt. Cela peut sembler pratique de prime abord, mais si vous ne cherchez pas à comparer les différentes assurances de prêt disponibles, alors vous passez à côté d’économies importantes. Comme l’explique Monassurancedepret.fr, il est possible d’économiser jusqu’à 76 % sur un tel contrat ! Si vous n’avez jamais pensé à comparer, n’hésitez pas à vous lancer, et ce, même si vous avez déjà une assurance de prêt.

Souscrire à une assurance de prêt sans vérifier ses garanties

Outre le fait de comparer les prix, il est essentiel de regarder avec détails ce qu’il y a dans votre contrat. Dans ce dernier, l’un des points les plus importants est certainement les garanties dont vous pourrez profiter en cas d’activation de l’assurance. On trouve généralement les mêmes dans ces contrats : le décès, la perte d’autonomie (totale et irréversible ou partielle), l’invalidité permanente ou temporaire totale ou encore l’invalidité permanente partielle. Dans certains contrats, certaines de ces garanties sont négligées, comme la garantie temporaire d’invalidité totale, ou sinon le délai de franchise qui peut être assez long… Vérifiez donc tous ces points avant de souscrire (particulièrement le délai de franchise).

Négliger les exclusions de l’assurance de prêt

Dans une assurance de prêt, il existe des exclusions. Par exemple, cela peut être pour la pratique d’une activité risquée ou même pour l’exercice d’un métier en particulier, comme le fait d’être gendarme ou policier. Si vous ne prêtez pas attention aux exclusions de l’assurance de prêt, vous pourriez vous retrouver dans une situation délicate… Imaginons que vous pratiquiez du sport de très haut niveau sur votre temps libre, et que vous vous cassiez un ou plusieurs membres à l’atterrissage ? Si exclusion il y a, vous ne serez pas couvert… Cela pourrait vous mettre dans une situation délicate. D’autres exclusions existent (comme les actes de terrorisme ou de catastrophe naturelle), mais elles sont communes à toutes les assurances du genre.

Oublier de définir les quotités pour l’assurance de prêt

Les quotités d’une assurance de prêt apparaissent lorsque vous empruntez à plusieurs. Habituellement, un emprunt immobilier se fait en couple, et la quotité est à 50-50 ou proche de cela. La meilleure des choses à faire pour définir les quotités, c’est d’en parler avec le co-emprunteur, puis de faire le point avec l’assureur afin de trouver la meilleure solution possible. Parfois, lorsqu’il y a un grand déséquilibre financier auprès des emprunteurs, les quotités peuvent varier pour s’adapter aux revenus de chacun. À titre d’exemple, une quotité à 75% d’un assuré apporte un remboursement à la même hauteur lors d’une incapacité (en fonction des garanties du contrat).

Ne pas connaître la méthode de paiement de l’assurance de prêt

C’est certainement la chose à laquelle on pense le moins lors de la souscription à une assurance de prêt… En effet, on imagine souvent que cette dernière est constante tout au long de notre crédit immobilier, et que l’on rembourse les mêmes sommes… Dans les faits, les choses sont un peu différentes. Par exemple, le paiement peut dépendre du tableau d’amortissement. Parfois, ce dernier évolue à la baisse avec le temps, ce qui signifie aussi que mes mensualités du crédit sont au plus haut au début de l’emprunt. Résultat, cela peut grandement influer sur les mensualités de l’assurance au début, et cela peut jouer en votre défaveur si vous ne gardez le bien que quelques années uniquement.

(Crédit photo : iStock)

Article publié par
Équipe rédactionnelle Carnet du Jour

Nous vous recommandons également

Catégories

Rouler plus vert : comment faire ?

Les enjeux environnementaux s'imposent comme un...
Publié le
Catégories

Comment choisir la bonne agence immobilière dans une ville aussi grande que Paris ?

Paris, la ville des lumières, de l'amour et de...
Publié le
Catégories

Classement Eduniversal 2024 : meilleurs Bachelors et licences à Paris et en Ile-de-France

Depuis plus de vingt ans, les classements...
Publié le
Catégories

Investir dans votre avenir : les métiers de la transition écologique

Si vous souhaitez vous investir dans les métiers...
Publié le
logo Le Parisien