Les traditions familiales transmises par les grands-parents

Les grands-parents s’imposent comme des figures essentielles à la transmission des traditions au sein du cocon familial. Ces membres de la famille, êtres dévoués aux autres, ont envie de conserver valeurs et traditions au fil du temps. Liens entre le futur et le passé, les grands-parents sont donc porteurs de sens, de partage, d’amour. Quelles sont donc les traditions familiales transmises par nos aînés aux générations suivantes ? Explications.

La rédaction du Parisien n’a pas participé à la réalisation de cet article.

Les grands-parents s’imposent comme des figures essentielles à la transmission des traditions au sein du cocon familial. Ces membres de la famille, êtres dévoués aux autres, ont envie de conserver valeurs et traditions au fil du temps. Liens entre le futur et le passé, les grands-parents sont donc porteurs de sens, de partage, d’amour. Quelles sont donc les traditions familiales transmises par nos aînés aux générations suivantes ? Explications.

L’histoire familiale

Au fil des générations, l’arbre généalogique prend de l’ampleur. De nouvelles branches naissant, grandissent, fleurissent. Au fil du temps, l’histoire des générations passées s’estompe au profit des souvenirs nouveaux à créer.

C’est en cela que les grands-parents jouent un rôle essentiel au sein de la famille. La tradition de la transmission de l’histoire familiale intervient alors comme un passage de flambeau aux plus jeunes.

De générations en générations, les uns et les autres sont en capacité de raconter l’histoire de leurs parents, puis celle de leurs grands-parents, voire celle de leurs arrière-grands-parents.

Ce qu’il y a de beau avec cette transmission, c’est la notion d’histoire familiale, presque de l’ordre du conte, de la légende, incarnée par les générations suivantes. Ces souvenirs contés au coin du feu un soir d’hiver, ces aventures remises au centre d’une table d’anniversaire, ces anecdotes au détour d’une balade en forêt. Il est nécessaire de raconter cette histoire, celles des êtres chers disparus, d’autant plus à cette époque, où tout s’évapore en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire.

A l’heure où tout s’enchaîne rapidement, les grands-parents sont les personnes capables de faire un arrêt sur image. Elles vont chercher de vieux albums photos précieusement conservés, des objets parfois originaux du passé.

L’histoire est riche. Nous avons la chance de ne presque plus connaître les guerres, bien que de terribles événements surviennent régulièrement. Nous vivons dans un pays en paix. Les nouvelles technologies affluent et facilitent notre quotidien. L’accès à l’hygiène, un toit sur la tête, des moyens de communiquer à distance, des innovations révolutionnaires. Les grands-parents et même certains parents d’aujourd’hui, n’ont pas grandi avec tout ce qui est à notre disposition et de l’ordre du « normal ». Rappeler aux générations futures que rien n’est acquis. Que leur quotidien était tellement différent avant, devant les yeux écarquillés des plus jeunes. C’est une tradition que beaucoup de grands-parents souhaitent voir durer.

Les recettes de famille

Les grands-parents sont connus pour avoir des secrets de cuisine bien à eux ! Ne vous est-il jamais arrivé d’entendre un membre de la famille évoquer avec délectation le savoureux bœuf bourguignon de mamie ? Sans oublier son incapacité à reproduire la recette ? C’est souvent la faute au plat, qui n’est pas le même que mamie et sa cocote en fonte.

Alors, combien de grands-parents ont répertorié leurs recettes pour les transmettre à leurs enfants, puis à leurs petits-enfants ? Ces recettes simples, que l’on peut désormais retrouver en quelques clics sur internet, mais qui n’auront jamais la même saveur que celles rédigées à l’encre bleue sur une feuille tâchée d’huile, d’épices. Cette même feuille qui a encore l’odeur de la cuisine des aînés.

Ces recettes de famille, aussi simples soient-elle, aussi personnalisées peuvent-elles être, sont bien plus que des plats à déguster. Il s’agit du souvenir d’un bon repas de fête, d’un gâteau partagé pour l’anniversaire d’un cousin, d’un gros raté qui aura fait rire toute la tablée. Il sera aussi question du plat préféré de maman quand elle était petite, du dessert favori de papy, qu’on aimera lui préparer avec amour le jour J.

Ces recettes, évidemment, les enfants s’y attèlent avec les grands-parents le dimanche, manches relevées, perchés sur une chaise pour être à bonne hauteur. On suit les recommandations de papy tout en respectant les règles d’hygiène et de sécurité rappelées par mamie. On observe la transformation des ingrédients en provenance du potager, on s’émerveille au moindre crépitement, à la moindre effluve.

Ces recettes, ce sont les âmes de ceux partis trop tôt, l’amour qui résiste au temps, les odeurs qui ravivent le souvenir des êtres chers disparus.

Le sens de la famille

On ne le dira que trop souvent, les grands-parents sont des êtres fédérateurs. Combien de familles se surprennent à penser qu’en présence des aînés, les liens étaient plus forts. Il n’y avait pas de disputes, pas de rancœurs. On se réunissait, sans condition, on s’aimait tous, sans jamais se poser de question. Vient alors le temps où les grands-parents disparaissent, les repères changent, les vies reprennent leur cours. On s’oublie un peu plus. On prend moins le temps, on se tracasse pour des broutilles, on se chamaille pour des détails. La famille se dit proche à distance, grâce aux nouvelles technologies. On se contente d’un SMS plutôt qu’un appel. Personne ne s’inquiète vraiment, tant que les réseaux sociaux sont toujours actifs. Et puis le temps passe. On se dit que c’était sans doute mieux avant, que papy et mamie manquent, qu’ils avaient les bons mots.

Ces pensées, beaucoup de personnes les ont. Car elles considèrent que les grands-parents sont les pierres fondatrices d’une famille unie. Ils ont à coeur de réunir les uns et les autres pour chaque événement : du poulet du dimanche, aux anniversaires, en passant par les fêtes de fin d’année, Pâques, la chandeleur, un simple samedi ensoleillé.

Papy et mamie sont aussi les personnes qui s’assurent que les liens soient forts, qu' »après eux », l’amour subsiste encore. Ils espèrent que les uns veilleront sur les autres, que les parents prendront le relai. Qu’ils auront à cœur de créer cette cohésion, malgré les emplois du temps chargés, malgré le temps qui passe, malgré la distance.

On se rejoint alors chez les grands-parents, qui ouvrent toujours leurs portes avec plaisir. Chacun a sa place autour de la table. On rigole, on se remémore des souvenirs, on pense aux disparus, on regarde tendrement les petits nouveaux. L’entraide, la solidarité, l’écoute, sont alors des valeurs que chacun prend plaisir à incarner.

Les grands-parents rappellent combien la famille est importante, si ce n’est l’essence même de la vie. Ils veillent à rendre chaque membre de ce cocon indispensable aux autres, afin que la famille soit un repère multigénérationnel.

Les règles de savoir-vivre

On entend souvent dire les uns et les autres, qu’avant, la vie était plus difficile. Avant, l’éducation était plus stricte. On ne se permettait pas tout et n’importe quoi. Avant, les gens étaient soucieux du bonheur des autres.

Les grands-parents inculquent alors à leurs enfants, mais aussi à leurs petits-enfants les règles de savoir-vivre et de savoir-être en société. Bien qu’ils soient généralement moins strictes que les parents des enfants, ils n’en restent pas moins des adultes dont l’expérience est grande. Ils ont connu bien des événements, des aventures, des péripéties. Ils ont tiré des leçons de leur enfance, leurs études, leur carrière, leur vie parentale, etc.

Les grands-parents sont donc les personnes en capacité de promulguer de bons conseils pour instaurer le respect, l’écoute, la bienveillance, la confiance, mais aussi la persévérance, la politesse, l’entraide.

Qu’il s’agisse de bien se tenir à table, d’écouter ses parents, d’être sérieux à l’école. Des formules de politesse à apprendre aux plus grands, tout nouveaux sur le marché du travail et en pleine réalisation de leur CV. Qu’il soit question d’arriver à l’heure à un rendez-vous, repas en famille ou entretien professionnel. Qu’il soit utile de rappeler que l’on dit merci et aurevoir à tout le monde. Qu’on regarde les gens dans les yeux quand on leur parle ou qu’on soit toujours poli avec la boulangère, les grands-parents ont tendance à prôner le respect d’autrui. L’éducation souvent plus stricte qu’ils ont reçue les amène à avoir une conception plus traditionnelle des liens avec autrui, le respect des personnes plus âgées, de la hiérarchie, des personnes à autorité. Avant, l’éducation reposait sur un objectivation des enfants. On ne les considérait pas comme des êtres pensants, dotés d’émotions, de ressentis. On exigeait d’eux une attitude irréprochable, proche de celle des adultes. Pourtant, ils n’étaient qu’en phase d’apprentissage de notions qu’ils ne connaissent pas du tout ! C’est la raison pour laquelle bon nombre de personnes plus âgées s’imposent comme des emblèmes du savoir-être et du savoir-vivre en communauté. Les traditions d’antan, parfois désuètes pour les plus jeunes sont encore importantes pour eux.

(Crédit photo : iStock)

Article publié par
Alcyone Guillevic

Nous vous recommandons également

Catégories

Des robes de mariée pour chaque saison : comment choisir la mienne ?

Si le mariage est un évènement très important,...
Publié le
Catégories

Familles nombreuses : 6 conseils d’organisation pour partir en vacances 

Pour les familles nombreuses, organiser des...
Publié le
Catégories

9 idées de cadeaux éco-responsables pour la fête des pères 

Le grand jour des papas arrive prochainement. La...
Publié le
Catégories

Parents en couple : comment maintenir une relation équilibrée après l’arrivée des enfants ? 

Pour un couple, l'arrivée des enfants constitue...
Publié le
logo Le Parisien